Bordure N°18

8 cm

Le « Sarah Bernhardt », au cœur de Paris, a été luxueusement rénové en mai 2019. Ce bistro est étincelant. Les peintures triomphales de Laurence Brussel illuminent les murs et fêtent les deux comptoirs ornés de cette bordure N° 18 et qui se font face. Ils rappellent que l’actrice française du début du XXe siècle, érigée en « monstre sacré » par Cocteau, a été une des premières stars à réaliser des tournées à travers le monde.

Il y a quelque chose d’Américain, de « Gatsby le magnifique », de la génération perdue dans cette bordure N°18. Elle reflète les Années Folles, la démesure du luxe des années 1920 sur la côte Est des Etats-Unis.

Elle scintille sur le comptoir en chêne sombre du « Bilboquet » à New York, le restaurant de la jet set dans l’Upper East Side de Manhattan. La magnifique carte offre une cuisine raffinée et délicate. Le décor est hors du temps. La lumière réfléchie par les reliefs rapprochés de la bordure, véritables diamants, attire les « beautiful people » : c’est un des lieux préférés de Leonardo di Caprio, on y croise Mick JaggerBeyoncéRobert De Niro est un habitué, les grands journalistes américains en ont fait leur QG.
Philippe Delgrange, le propriétaire de ce lieu incontournable est un génie. C’est naturellement que l’on retrouve cette bordure, sur un comptoir d’époque, dans son autre restaurant, « Flemings » qui jouxte le fameux magasin Hermes en bordure de Central Park.

« C’est ainsi que nous nous débattons, comme des barques contre le courant, sans cesse repoussés vers le passé » Scott Fitzgerald.

Le comptoir N°100 a été restauré avec cette bordure.

Document
fr_FRFrançais